Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

I - Echinidés (Oursins)  

   

Les oursins (échnidés ou  échinides) font partie de l'embranchement des échinodermes qui compte cinq classes.

Ces cinq classes sont les seuls survivantes de l’extraordinaire diversité (25 classes) des échinodermes paléozoïques qui, apparus il y a 600 millions d’années (Édiacarien), se sont rapidement diversifiés entre le Cambrien et le Silurien (de 540 à 430 millions d’années), avec des groupes aux morphologies variées et parfois étranges.

 

 C'est également durant cette période que se sont différenciées les cinq classes actuelles :

 

- Crinoidea (comatules ou lys de mer),

- Asteroidea (étoiles de mer),

- Ophiuroidea (ophiures),

- Holothuroidea (holoturies ou concombre de mer) 

- Echinoidea (oursins ).

 

 

Scut.06ter

 

Les oursins ont donc traversé les temps géologiques et on fait preuve d'une excellente capacité d'adaptation; on en a recensé 1300 espèces fossiles.

 

 Il en existe aujourd'hui environ 900 espèces réparties dans toutes les mers du monde.

  

  Les oursins peuplent des habitats maritimes très divers, principalement côtiers, sur une profondeur allant de 0 à 100 mètres (principalement de 0 à 50 mètres).


 Cependant, certaines espèces, comme Cidaris cidaris peuvent vivre jusqu'à 1000 mètres de profondeur, sur des fonds détritiques et coralligènes.

 

Qu'ils soient "Irréguliers" ou "réguliers", la Mer des Faluns abritait une vingtaine d'espèces d'Echinidés mais ce sont surtout les Scutelles (irréguliers) qui étaient les plus abondantes en individus.

 

Leurs tests se retrouvent dans les faluns de notre région.

 

En savoir plus sur l'anatomie des Echinidés ?...  Cliquez  ICI                                  

 

 

 


 

Ci-dessous quelques clichés d'Echinidés irréguliers et réguliers des faluns de Tréfumel

 

 

A - Oursins irréguliers :

 

 

Dans les faluns Serravallien (Miocène moyen) du Nord Bretagne ce sont les oursins plats qui prédominent avec le genre Parascutella.  

 

 

 

Parascutella producta (ou faujasi) 

 

Dans certains niveaux à Tréfumel cette espèce est parfois si fréquente, que les couches de falun en sont littéralement pétries, les tests imbriqués les uns dans les autres.

 

Les plus grands des individus peuvent atteindre une taille de plus de 10 cm de diamètre alors que les plus petits mesurent à peine 1 cm. 

 

Ce n'est que grattée, poncée puis polie que la Parascutelle prend toute sa splendeur et nous laisse découvrir ses aires ambulacraires qui la font ressembler à une "fleur".

 

Les spécimens qui suivent ont subi le même traitement mécanique afin mettre en évidence les aires ambulacraires pétaloïdes.

 

Brutes, fraîchement sorties des faluns, les Parascutelles des faluns bretons sont encroûtées d'un dépôt particulièrement adhérent (grains de sable, débris de coquilles ou de bryozoaires... 

 

comme ici >>> S4249 ou pire ici >>> S4241bis 

 

(Pour agrandir la photo : Cliquez sur la vignette correspondante) 

 

 

 

 

Ci-dessous, une Parascutelle encore prisonnière de sa gangue de faluns mais dégagée partiellement ; grattée et polie

 

Scut11 

 

 

 

 Individu de 108 mm de diamètre

 

IMG_4256Bis.jpg

 

 

 

 

 

Détail des aires ambulacraires "pétaloïdes" sur Parascutella producta (ou faujasi)

 

IMG_4258bis.jpg

 

 

 

 

Autre individu sur lequel les plaques interambulacraires sont bien visibles

 

IMG_4262bis.jpg

 

  

 

 

 

SCUTELLES  et  PATHOLOGIES  :

  

Comme précisé sur la page "Les Echinidés : En savoir plus ?...", les échinidés présentent, comme tous les Echinodermes, une symétrie pentaradiée.

Pourtant, il arrive parfois de rencontrer, fort rarement il est vrai, des individus affectés de malformations (individus tératologiques), comme celle ci-dessous, qui déroge à la règle des 5 et nous laisse découvrir seulement 4 aires ambulacraires !...

  

 

Parascutelle--patho.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 

 

 

   

Gros plan sur les 4 aires ambulacraires

   

Parascutelle patho. Détail

 

 

 

L'on peut rencontrer d'autres pathologies comme ici ces traces de prédation, visibles sur l'ambitus de l'oursin, probablement causées par un échinophage (Poisson ?, Crustacé ?).

 

Mais rassurez-vous !... l'oursin, ainsi estropié, à survécu à la (ou aux) attaque(s) du prédateur.

 

Les oursins ont en effet la faculté de régénéré leur test si moins du quart de la surface de l'ambitus à disparu.

 

 

Predation-600.jpg 

 

 

 


 

 

 Spatangus (Spatangus) britannus

 

Le sous-genre Phymapatagus du Miocène moyen de l'Ouest de la France est à reconsidérer et il y a lieu de restituer l’espèce britannus  au sous-genre Spatangus (Spatangus) (Didier NERAUDEAU - 2010) - Voir ci-dessous (*)

 

 

 

Spécimens grattés, poncés puis polis

  Spatangus (Spatangus) britannus (5212)

 

 

Autre individu 

 

  Spatangus (Spatangus) britannus (5218)

 

 

 

Spécimen juste gratté 

 

  Spatangus (Spatangus) britannus (5234)

 

 

  Ci-dessous, à droite, l'on peut observer  les mamelons ;  points d'insertion des radioles (piquants) 

 

   Spatangus (Spatangus) britannus (5230)

 

Téléchargeable ci-dessous (accès payant) 

 

(*) Les Spatangus du miocène et du Pliocène de l'Ouest de la France 

Didier NERAUDEAU, Jean-Christophe DUDICOURT, Frédéric BOUTIN, Luc CEULEMANS, Philippe NICOLLEAU

Annales de paléontologie - Volume 96 - Issue 4, Octobre-Décembre 2010 - Pages 159-170

 

 

 

 


   

 

* Spatangue indéterminé 

 

 Oursin--Spatangue--LeRouget-Coll.Deletre-600.jpg

 

   

 


   

* Echinolampas dinanensis

 

 

Echinolampas dinanensis-600 

 

 

                                       

 

 


 

 

Spécimen indéterminé  

 

Cet échinidé se rapproche de Echinantus aremoricus, Bazin, 1883.

 

 

Oursin-a-identifier.jpg

 

  

 


 

 

 

* Echinocyamus lebescontei

 

  Très petite espèce de 4,41 mm x 3,96 mm !

 

A noter :

Les individus de cette espèce provenant des faluns de Touraine présentent des formes plus ovoïdes ou ovales.

De plus, on est surpris de constater que leur anus a migré et se trouve positionné plus proche de leur bouche.

 

 

 

Echinocyamusplanche.jpg

 

 

 

 

 Autre individu  

 

Echinocyamusplanche2.jpg

 

 

 

 


 


 

 

 

B - Oursins réguliers :  

 

 

Hormis le genre Arbacina, les échinidés réguliers sont peu représentés dans les faluns de Tréfumel/Le Quiou/St.Juvat.

Leurs conditions d'habitat sont vraisemblablement une des raisons de leur rareté.

Les oursins réguliers vivent sur la surface du fond, ce qui est moins favorable à la fossilisation que le comportement fouisseur des irréguliers. 

 

On peut cependant trouver :

 

 

* Paracentrotus delaunaiei

 

 

Planche-regulier-01-600.jpg

 

 

 

 

  Autre individu plus usé   

 

  Planche-regulier-02-600.jpg

 

  

 

 


 

 

 

* Arbacina monilis

  Ce petit oursins vivait dans des habitats de faible profondeur, caché sous les pierres, dans les herbiers et les macroalgues.

 

Planche-Arbacina.jpg

 

 

 


 

 

 

  * Fragments  d'oursins  réguliers (Cidaridae)

 

Plaques interambulacraires de Prionocidaris (Cyathocidaris) avenionensis, DESMOULINS, 1837) qu'il ne nous a pas été encore possible de récolter à l'état complet.

  

 Plaques interambulacraires Planche-copie-1

 

Pour connaître la terminologie d'une plaque interambulacraire d'un oursin régulier (Cidaridae)

Cliquez >>> ICI

 

 

 

 


 

 

 

 Radioles d'oursins réguliers  (Cidaridae)

 

Les radioles sont des formations squelettiques externes de l'oursin.

Hautement organisés, ils sont de formes différentes dépendants du mode de vie de l'animal.

Chaque plaque interambulacraire porte un radiole, celui-ci est articulé sur une rotule appelée tubercule ou mamelon (voir cliché ci-dessus).

Les radioles sont mobiles grâce au jeu des muscles moteurs qui permet des mouvements variés.

 

 

 


 

 

Les radioles qui suivent, souvent fragmentés dans les faluns de Tréfumel, proviennent d'oursins de la famille des Cidaridae : Prionocidaris (Cyathocidaris) avenionensis, DESMOULINS, 1837.

 

Dans sa communication à la Société Géologique de France en 1884(1), l'Abbé BAZIN avait reconnu 3 formes de radioles :

  

- Les radioles longs et cylindriques, garnis de granulations espacés, souvent plus fortes sur l'une des face du radiole (Fig. 1.).

- Les radioles lisses à leur collerette mais striés sur toute leur longueur jusqu'à leur extrémité, fermée et non épanouie (Fig. 2.).

- Les radioles à l'extrémité en cupule profonde plus ou moins large et fortement sillonnée (Fig. 3.).

 

(1) Echinidés du Miocène moyen de la Bretagne - BAZIN, 1884 - Extrait du Bulletin de la Société Géologique de France, 3ème série, Tome XII,p.34. 

 

A noter : 

L'extrémité distale évasée de certains radioles en forme de cupule ou de "trompette" dentelée - (Clichés ci-dessous).

Cette fonctionnalité peut être interprété comme une adaptation aux conditions d'habitat de ce Cidaridé. 

Il est probable que cette partie lui servait de "pièce d'appui" pour se déplacer sur les fonds meubles qui étaient son lieu de vie.

 

 

 

Planche-radioles-Bazin-1884.jpg

 

 

Fig. 1.                                                                                                                           Fig. 2.Radioles de Cidaridae collerette lisse

Radioles TréfumelPlanche  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fig. 3.

Radioles de Cidaridae en cupule 

 

 

  

Certains radioles se distinguent par leur section elliptique

 

Radioles-de-CidaridaePlanche.jpg

 

 

 

 

II - Crinoïdes (Comatule ou Lys de mer) 

 

 

Le titre de cette page aurait pu s'intituler "Les ECHINIDES des faluns bretons" au lieu de : "Les ECHINODERMES des faluns bretons" si la présence, dans les faluns de "La Perchais", d'un unique fragment de probable Comatulidé n'avait pas changé la donne !

  

 

* Calice de Comatulidé (Antedon ?)    (Cliquez sur l'image pour agrandir)

 

 

Antedon sp. Tréfumel-600

 

 


 

(Cliquez sur le nom des organismes ci-dessous pour les découvrir)

 

 

 

 

Hornera sp.02(probablement H. reteporacea).BLOG   Scléract04unidentif.   Scut.06ter   Sans titre 3   Sans titre 2-copie-1   Sans titre 1

 BRYOZOAIRES            CORAUX     ECHINODERMES   CRUSTACES MOLLUSQUES    VERTEBRES  

  


 

Retour >>> Plongez dans la Mer des Faluns !

 

 

 


 

Partager cette page

Repost 0

Recherche par noms de fossiles

AB CD EF GH IJ KL MN OP QR ST UV

*****************************************************************************************************************

 

INFO

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

* NOUVEAU !...*

Les REPTILES des FALUNS  >>> ICI

 

* Partenaire

de la Maison des Faluns ? >>> ICI

 

 

 

 

En préparation

 

- Le Maërl, qu'est-ce-que c'est ?

Son rôle, son importance dans la formation des Rhodolithes rencontrés dans les faluns

 

- Quand les faluns rythmaient la vie à Tréfumel/Le Quiou 

Contact :

Si vous constatez des erreurs,

des omissions, des anomalies,

des imprécisions  ou des dysfonctionnements 

Merci de me le signaler ! >>> dsen@orange.fr